Caractéristiques du "footballeur" moderne : il est avant tout "bien en place"

Pour bien comprendre le football moderne, revenons au basique. Principe n°2 : Etre avant tout et surtout "bien en place"

Avant (mais quand déjà ?), on pensait avant tout à jouer. Marquer, parce que c’est même le but de ce sport, faire franchir le ballon à une ligne de craie. Et le faire franchir une fois de plus que l’adversaire. Simple non ? Trop simple sans doute. Alors on a ensuite inventé la tactique, pour donner un sens à ce jeu, permettre les discussions d’après match, théoriser, rationnaliser, et surtout pour permettre à Eugène Saccomano de vivre de son organe vocal.

La tactique, c’est un tableau noir avec ses petites croix qui se baladent pour rendre tout ce barouf d’hommes en short un peu plus scientifique. C’est un entraîneur en survêtement brillant qui distille ses conseils éclairés et ses choix technico-tactiques à de jeunes gens attentifs, aussi en survêtement, et qui se rongent les ongles en pensant à leurs prochaines voitures de sport. Le footballeur moderne devient ainsi rapidement imprégné du discours pastoral de son mentor lors de ses causeries, et le récite dès qu’il le peut en interview. Interview qui se transforment du coup en une musique industrielle ultra répétitive, un blabla infame où l’on finit par se demander pourquoi on leur tend un micro.

L’idée c’est de sortir LA phrase du coach. L’unique, la seule, celle qui résume à la perfection le foot actuel.

- "Alors déçu après ce résultat nul ? - "Non on était bien en place".

- "A quoi devez-vous victoire ?". - "On a respecté les consignes du coach, on était bien en place... j’ai bon ?".

- "Quelle heure est-il au fait ?" - "Bien en place moins le quart".

On avait déjà eu pendant une décennie le mythique "y a de la qualité" mis à toutes les sauces par Luis Fernandez puis repris par tous les footeux. Mais être bien en place c’est la phrase des années 2000. Symptomatique d’un footballeur dont le but principal est d’abord de ne pas perdre. Pas de créer, pas d’inventer, ni d’accèlérer, ni de surprendre mais de respecter son espace, ses tâches. On a eu les "No futur" ou "Sous les pavés la plage". Mais rarement un slogan pour la postérité nous aura fait rêver comme ce sermon du dimanche matin dans Téléfoot "On était bien en place". Amen.



Dans la même rubrique :

Partenaires :
Footito le réseau social du footEncore du RugbyButygoalDans ton butRemixito !Tout l'univers de la gymnastiqueDécouverte de Manhattan et New-York CityVotes et sondages en ligne avec VotitoAide Ubuntu | Visiter Londres