PSG-OM : "Clasico", vous êtes sûr ?

PSG-OM un "clasico" c’est sûr ? De quoi le comparer au Barça-Real dont il tire le nom ? Un match que l’on voit tous les ans ok, mais mérite-t-il pour autant le terme de clasico ? Et ça veut dire quoi au fond ? Et de quoi parle-t-on quand tous les journaux et toutes les tv nous le tartinent à toutes les sauces ?

Une question me taraude l’esprit. Qu’on m’explique pourquoi ce PSG-OM, ou ces OM-PSG s’appelle encore "clasico" ? Qu’on veuille en faire un des rares sommets du championnat, (600 millions d’euros payés par Canal c’est une somme, il faut bien rentabiliser) pourquoi pas, même si ça fait quelques saisons que ces matchs n’ont quasiment aucun enjeu sportif, si ce n’est évidemment "l’honneur du club" pour les supporters et donc à fortiori pour les dirigeants. Mais tout ça sent un peu le réchauffé tout de même.

"Clasico" déjà. Un terme espagnol utilisé pour évoquer les vrais sommets Barça-Real. La lutte séculaire entre la Catalogne régionaliste et le Réal Madrid étatique, la capitale, un peu trop proche de Franco il n’y a pas si longtemps. Un match qui dépasse de loin le football, mais qui garde un sens du point de vue du ballon rond. Pour la France, on a bien la lutte de la capitale, le paris jacobin, contre l’OM mafieux de dédé la sardine, mais ça fait un peu carte postale. Il a même été évoqué que la rivalité sportive entre les deux clubs fut montée de toute pièce entre Canal+ et Tapie à l’époque. Il faut bien reconnaître qu’il y a 20 ans on se passionnait plus pour des OM- Bordeaux, Bordeaux-Nantes...

En ligue 1, même pas de mot français spécifique pour parler de ce "big" match. Ze match ? Ah ben ça marche pas non plus. Le choc ? Ouais bof. Pourtant ce "clasico" est bien devenu un point de repère dans l’année, comme la fête des mères ou la toussaint. On dit "Ribery, il est parti combien de temps après PSG-OM ?" comme on on entend "C’était avant ou après l’anniversaire de tata Josette que pépé s’est cassé le bras ?". "Clasico" donc, parce que tous les ans on nous sur-vend ce match, et quasiment tous les ans on a droit à du lourd : cars de joueurs explosés, déclarations à la con sans limites, tacles à la gorge, publics haineux, duels de poètes historiques Colleter, Pierre-Fanfan, Sassus (ok c’est juste pour le nom) contre Di Méco, Prunier, Mozer, Casoni...

D’ailleurs les derniers gros et bons Péesseugé-Ohaime dont on se souvient montrent bien qu’il s’agit d’exceptions : un gros match de l’extraterrestre Ronaldinho au vélodrome (difficile avec du recul de croire qu’il a joué et ciré le banc au PSG un moment ce type non ?), et le match monstrueux pour le titre de champion, retiré depuis, en 1993 avec une tête en pleine lucarne de Boli... des 20 mètres !

Bien évidemment je gueule, mais dimanche soir je serai devant ma télé et je regarderai en me rongeant les ongles. Comme d’habitude. Classique quoi.



Dans la même rubrique :

Partenaires :
Footito le réseau social du footEncore du RugbyButygoalDans ton butRemixito !Tout l'univers de la gymnastiqueDécouverte de Manhattan et New-York CityVotes et sondages en ligne avec VotitoAide Ubuntu | Visiter Londres